Accueil » Catégories suivantes » Que penser du x100s ?
Que penser du x100s ?

Que penser du x100s ?

Que penser de ce boitier de chez Fujifilm ? Les réponses à toutes vos questions se trouvent ici !

Le critère principal qui m’a fait craquer pour le x100s, je dois bien l’avouer, c’était son charme ravageur. Pro-Nikon depuis 7 ans, jouissant de 3 boîtiers et de 6 optiques de la marque jaune, c’était ma première infidélité envers eux.

Son look vintage, cette volonté de délaisser les boutons de menus numériques pour les remplacer par des molettes, ce côté aluminium argenté… On est bien loin des classiques boîtiers tout noir et imposants. Pourtant, sous cette couche vintage, le x100s n’a pas à rougir de ses performances !

.

IMG_1802

Contrairement aux autres appareils, le nom de la marque et le modèle sont ici présents sur le dessus de l’appareil.

Vendu aux environs de 1000€, il embarque donc :

  • Un CMOS X-Trans APS-C sans filtre passe-bas de 16.3 Mp mesurant 23,6 x 15,8 mm
  • Un processeur EXR II
  • Une vitesse allant de 30 secondes à 1/4000
  • Possibilité d’enregistrer en RAW
  • Plage ISO allant de 200 à 6400 en RAW, et de 100 à 12800 en JPEG
  • Objectif 23mm f/2
  • Enregistrement sur carte SD
  • Un écran arrière de 2.8″ de 460’000 points
  • Mode vidéo full HD 1080p 60 im/s au format MOV H.264
  • Viseur optique et numérique
  • Flash

 

fuji

Il dispose d’un 23mm non-interchangeable de très grande qualité.

Le x100s est le successeur du x100. Peu de choses ont au final changé entre ces deux boîtiers. Quelques boutons ont été repensés, les performances (surtout autofocus) ont été améliorées, mais ce qui au premier coup d’œil permet de différencier les deux boîtiers c’est en particulier la présence du « S » en bas à droite.

Personnellement ce que j’adore, sans parler encore de ses performances, c’est son design. 8 mois après son achat je suis toujours autant amoureux de mon appareil, en particulier quand je l’équipe de son petit demi-étui en cuir qui épouse parfaitement le bas de l’appareil.

Le plus drôle, c’est aussi les réactions des gens autour de moi quand je photographie mes reportages. D’ailleurs, voici une petite compilation de ce que j’ai pu entendre.

.

   « C’est un photographe le gars là ? »
   « Oh il est trop mignon son appareil ! »
   « Il travail à l’argentique en 2014 ? »
   « Vus son appareil, il doit rien connaitre en photo »
   « Je refuse d’être photographier par quelqu’un possédant un appareil si minable »

Certaines remarques me font dont autant sourire que d’autres sont vexantes. Les gens attachent en réalité beaucoup trop d’importance au design du produit. Pour ne citer qu’un exemple, lors d’un reportage, je devais photographier une personnalité qui a tout simplement préféré un autre photographe tout simplement parce qu’il possédait un reflex noir. Le stéréotype du photographe qui n’est bon que si il possède deux gros appareils et un sac à dos plein à la dent dur.

Dommage…

Comme je vous le disais au début de l’article, le x100s et son look retro bénéficie de plusieurs molettes lui permettant de régler l’appareil. Vous réglez donc votre diaphragme grâce à une bague autour de l’objectif (c’est vrai pour le x100s mais également pour toutes les optiques Fujifilm). Quand à votre vitesse qui je le rappelle va de 30 secondes à 1/4000 (si on enlève le mode Bulb qui va jusqu’à 1H) et votre correction d’exposition qui va de -2 à +2, ils sont situés à côté du déclencheur, en haut à droite de votre appareil.

IMG_1803

Les réglages se font presque tous avec des molettes.

Le verso de l’appareil quant à lui est aussi relativement sobre. Cet aspect « peau de crocodile » qui recouvre l’appareil sur les zones noirs (avant et arrière) a vraiment son charme. Les boutons sont bien placés, et on sent qu’ils ont pris en compte les demandes de changement du x100. Tout tombe parfaitement sous le doigt.

Vous noterez également sur cette photo que j’ai rajouté un élément à l’appareil. C’est un repose-pouce qui se fixe sur la griffe flash. Alors certes, c’est paralysant, car de ce fait il vous empêche d’utiliser un flash externe (qui fonctionnent tous parfaitement bien je vous rassure) mais l’avantage c’est qu’avec ce dispositif, vous avez un endroit où poser votre pouce quand vous photographiez. Il ne vient pas se poser sur la molette de vitesse. Ainsi donc vos réglages sont sauf !

IMG_1804

Ci-contre, le verso de l’appareil.

IMG_1805

Sous l’appareil se trouve…

 

A présent, jetons un œil sous l’appareil.

C’est ici que je considère la seule faute esthétique de ce boitier. Au milieu vous avez le traditionnel pas de vis pour fixer votre boitier sur un trépied ou bien à une housse. Mais il y a aussi un pavé de 6 vis côte à côte. C’est dommage, mais bon.

Bref, sur la droite, vous avez également la trappe par laquelle on accède à la batterie et à la carte SD. C’est dommage, j’aurais bien vus une trappe pour chaque élément. Là si vous changez de carte SD dehors, par temps humide vous risquer d’exposer votre batterie à l’eau. (Le x100s est tout de même présenter comme un boitier de reportage !)

.
.

Attaquons-nous maintenant à un point crucial : le viseur…

Pour être honnête, quand j’ai acheté cet appareil il faisait grosse pluie sur Nantes. Mais excité comme un gosse à Noël, je n’ai pas pu me retenir et j’ai déballer le x100s dans la voiture.

Je l’allume, commence à profiter du viseur optique, test 2-3 photos, impeccable. L’écran arrière restitue parfaitement les photos (parfois un peu trop, c’est traître attention). Je savais que cet appareil bénéficiait d’un viseur numérique, mais l’impatience m’a fait oublier la notice. Je trifouille donc quelques boutons pour finalement tomber sur le sélecteur de viseur situé à l’avant de l’appareil et qui ressemble à ceci.

D’un coup, alors que mon œil était encore dans le viseur, je vois s’afficher devant moi mon premier viseur numérique et là…

Mon Dieu..

Mon Dieu mais… C’EST IGNOBLE !!!

En réalité, j’ai failli retourner le matériel car au départ je détestais tout simplement ce viseur. Mais vraiment. L’appareil était magique et parfait MAIS ce viseur (et un comble, ça reste important mine de rien) ne me plaisait pas du tout. Finalement, à force de l’utiliser, j’en suis vite tombé amoureux au point même de ne jamais utiliser le viseur optique à présent. Comme quoi, vous savez ce qu’on dit sur ceux qui ne changent pas d’avis..

En réalité, ça ressemble un peu à ce que vous pouviez voir sur l’écran des vieux smartphones avec un bruit immonde et l’image qui scintille. Le X-T1 corrige tout ça heureusement, avec un viseur absolument parfait. Mais pas le x100s.

Non sans mal, j’ai réussi à prendre quelques photos et même une vidéo (attention !) du viseur en action. Je ne voulais pas utiliser les visuels de Fujifilm, je voulais vraiment vous montrer le « vrai ». Ci-dessous, nous avons donc un aperçu du viseur optique. Bien sûr, certaines options sont paramétrables comme par exemple le quadrillage en 9 carreaux au milieu ou la ligne d’horizon.

IMG_1815

Viseur optique

Et à présent, voici le rendu du viseur numérique. Difficile de se faire une idée de la qualité, alors juste après l’image qui suit je vous fais suivre ma vidéo. L’avantage déjà, c’est qu’on dispose d’une visée confortable et dénuée d’éléments visuels perturbateurs. On a que l’essentiel.

IMG_1817

Viseur numérique

Pardonnez-moi pour la voix un peu nasillarde et la qualité de l’image. J’ai réalisé cette vidéo en étant un peu malade, et les photos (ainsi que les deux vidéos de cet article) ont été faites avec mon iPhone vus que je n’ai pas d’autre appareil sous la main. C’est chaotique, mais ça vous donne un ordre d’idée. Vers la fin, je vous montre aussi comment fonctionne le mode manuel.

(Rah le gars il fait un article sur un super appareil mais il le prends en photo avec un iPhone bwaahahaha)

Voici le résultat.

DSCF9851

Et voilà !

 

IMG_1824

Les menus du x100s


Concernant le menu de navigation du Fuji, je ne le trouve vraiment pas trop mal. Autant que chez Nikon j’ai toujours galéré comme pas possible pour retrouver mes options, là on a quelque chose de clair, d’intuitif, et de pratique. Seul point noir, j’aurais aimé avoir un autre bouton personnalisable en plus (ou un bouton dédié) pour les ISO. Là, je dois retourner dans mon menu à chaque fois, c’est dommage.

 

 

Et la qualité d’image dans tout ça ?
Car oui, parler de l’appareil c’est bien, mais je suis sûr que vous n’attendez qu’une chose, des photos !

Des portraits (jpeg brut)

(Plus d’images de cette série)

portrait

Une Zombie walk (jpeg)

(Plus d’images de cette série)

zombie

Des concerts (jpeg)

(Plus d’images de cette série)

concerts

Des émeutes (jpeg)

(Plus d’images de cette série)

nantes

Voilà. Maintenant que vous avez mangé de mes quelques images, on va pouvoir discuter sérieusement. Sachez que c’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’ai voulu écrire cet article aujourd’hui, 8 mois après l’achat de l’appareil. Je l’ai à présent bien en main, et je l’ai testé dans beaucoup de situations différentes. Des portraits en intérieur en passant par les émeutes de Nantes du 22 février, jusqu’aux concerts ou à une Zombie Walk, avouez que c’est plus parlant que les photos d’un journaliste qui photographie son bureau ou à travers la fenêtre non ?

Sans être techniquement parfait (je reviendrais sur ce point plus tard) d’un point de vue image le x100s est génial. Il délivre des fichiers splendides, gère TRES TRES bien les hautes sensibilités (Les photos de concerts ci-dessus sont à 6400 ISO) et brille en toute circonstance. Des poses longues de paysages aux actions rapides, en passant par les portraits.

En revanche, bien que le S soit présent, que le marketing Fujifilm vous dise que c’est « Le » boitier de reportage, et que j’ai réussi à photographier dans des conditions très difficiles, ça n’en fait pas pour autant un boitier parfait. La mise au point patine parfois sur des choses simples, et j’ai raté beaucoup d’images à cause de ça. Il est aussi parfois un peu lent au déclenchement, entre le moment ou la photo se prend et où la photo est prise. Je parle en dixième de seconde (voir moins) mais ça suffit dans des moments très rapide à changer la donne.

Heureusement, un peu d’entrainement fait qu’on arrive à s’adapter à ce décalage, et j’ai au final réalisé mes plus belles images grâce à ce x100s. Voici d’ailleurs le traitement des photos de concert sous Lightroom 5.0. Faites-vous plaisir, la vidéo est en 1440p !

Je parle aussi un peu de la qualité d’image du x100s dedans.

J’aime dans ce x100s sont poids relativement léger de 445 gr pour ce qu’il embarque . Ca me change de mes anciens boîtiers. De plus, sa petite taille de 127 x 54 x 74 mm en font un outil discret et qu’on range facilement partout. (Qu’on perd plus facilement aussi mais c’est une autre histoire)

L’objectif quant à lui est un 23mm dont l’ouverture va de f/2 à f/16. Avec la conversion du capteur, il devient un 35mm. C’est un objectif qui d’une part est excellent, mais couplé au superbe capteur du x100s qui ne dispose pas de filtre passe-bas, vous fait oubliez les aberrations chromatiques !

Dernier point, les profils couleurs. J’en parle dans la vidéo ci-dessous qui dure environ 2 minutes.

 

Pour conclure cet article, que dire.

Par moment, je regrette l’achat de ce x100s à cause de son objectif intégré. A présent je l’ai bien en main, et il était à initialement prévu pour être un appareil complémentaire à mes boîtiers Nikon donc je me fichais de savoir si je pouvais ou non changer l’objectif mais à présent, je trouve le 35mm soit trop cours, soit trop long. Je parle en zoom bien sûr, pas en dimensions. Parfois je me dis qu’un X-PRO 1 avec un 10-24mm aurait été superbe, mais l’ouverture de f/4 m’aurait gêné. J’adore ce f/2 du x100s.

Sachez juste qu’il existe aussi des adaptateurs officiels pour le x100s qui se fixe comme un filtre sur votre objectif, et qui transforme celui-ci soit en 27 mm, soit en 50mm selon l’adaptateur choisi. C’est pratique, mais le coût de l’adaptateur fait que finalement, un appareil complémentaire à objectif interchangeable est aussi bien.

Après, ça n’en fait pas un mauvais choix pour autant. Tout dépend de vous, de votre usage etc. Je sais que le X-T1 est prévu à acheter pour bientôt. Le x100s sera du coup complémentaire, et possédant déjà un 35mm dessus, je l’en rachèterais pas un pour le X-T1. Ainsi je me servirais autant des deux boîtiers pour les atouts respectifs.

Sinon, c’est surement le meilleur boitier que je n’ai jamais possédé jusqu’à aujourd’hui. C’est pour ça que j’ai tout revendu d’ailleurs, afin d’investir uniquement chez Fujifilm avec l’acquisition donc du X-T1 (comme dis précédemment) mais aussi d’un 60mm macro f/2.4, d’un 18mm f/2, et à voir dans l’avenir (environ fin 2014 début 2015) les téléobjectifs qu’ils nous préparent.

Sur ce, moi je vous laisse. J’ai des actions chez Fujifilm à acheter. A force de parler d’eux, et de faire acheter des boîtiers de cette marque à mon entourage, le cours de la bourse va monter !

Enfin, la photo de la fin. Elle fût primée et utilisée par le site 500px pour le 4ème anniversaire de celui-ci. J'étais très fier. http://500px.com/blog/820/500px-is-turning-four

Enfin, la photo de la fin. Elle fût primée et utilisée par le site 500px pour le 4ème anniversaire de celui-ci. J’étais très fier.
500px

 

Deux autres articles pour vous parler (si ça vous branche)

Ou bien encore

A propos de Evan FORGET

Fondateur du site et principal rédacteur de Bref le Mag. Photographe dans la vie, et passionné de bugs et de technologies.

Un commentaire

  1. Je suis pas photographe mais mes amis qui le sont (enfin qui s’y connaissent en photographie) en parle effectivement en bien et leurs propos correspondent bien avec ce que tu dis dans l’ensemble 🙂
    Et comme d’habitude : très bon article 😀

    –polio–

Laisser un commentaire