Accueil » Catégories suivantes » Retour sur la Photokina de Fujifilm
Retour sur la Photokina de Fujifilm

Retour sur la Photokina de Fujifilm

Je vous propose au travers de cet article de découvrir les nouveautés présentées par Fujifilm lors de la Photokina 2014.

Certains ici le savent, je suis un ancien pro-Nikon. Après avoir découvert le x100s, j’ai passé le reflex à gauche et je suis à présent chez Fujifilm depuis un an. Je vous ai déjà parler d’ailleurs par le passé du X-T1, l’appareil haut de gamme de la marque ainsi que du x100s, présenté comme l’appareil du reportage.

Aujourd’hui, nous allons aborder les 4 dernières nouveautés qui sont les suivantes :

  • Fuji X-T1 (Nouvelle version)
  • Fuji x100T
  • XF 56mm f/1.2 R APD
  • XF50-140mmF2.8 R LM OIS WR

0-separation-texte-bref-blog2X-T1. On prends la même et on recommence.

Capture d’écran 2014-09-10 à 14.48.47

Quelques visuels.

Le truc frustrant quand on achète un produit, c’est quand le constructeur sort une nouvelle version la semaine d’après et qu’on était pas au courant. Alors au départ, quand j’ai vu les rumeurs autour d’un « nouveau » X-T1, je dois avouer avoir rehausser un sourcil. Le X-T1 n’est en effet pas vieux, il est sorti début 2014. Alors 9 mois pour remplacer l’appareil « phare » de la marque, je trouvais ça un peu court.

Alors concrètement, en quoi consiste ce « nouvel » X-T1 ?

Pas grand chose de nouveau, en fait. Simplement une couleur : « Graphite Silver » ou « Métallique » en Français.

Disponible uniquement en noir depuis le début, ici un nouveau coloris fait son apparition.

X-T1

Ancien (gauche) – Nouveau (droite)

Personnellement, je ne suis pas fan. Après, je demande à voir en vrai, mais quitte à avoir une couleur type « métal », j’aurais adoré avoir le même coloris que sur la gamme des x100/S/T. A voir. Il faut toutefois lui reconnaître un certains charme.

couleurs

Ancient (haut) – Nouveau (bas)

Ce boitier inaugure aussi un nouvel obturateur électronique. Pour que vous compreniez, voici en quoi ça consiste.

Quand on prend une photo, un rideau (l’obturateur) se baisse à une vitesse que l’utilisateur règle afin de prendre la photo. Le fameux « clac clac » de l’appareil. Le premier « clac » c’est le bruit du rideau qui descend et le second, quand il remonte.

C’est ce qui fait le charme et la personnalité d’un boitier, mais parfois, cet obturateur est extrêmement gênant. En effet, quand vous photographiez dans un endroit particulier comme une cérémonie, un mariage, un concert (pas de hard-rock, un concert un peu plus calme) voir du théâtre ou autre, le bruit provoquer par l’obturateur peut rapidement se révéler pénible.

L’obturateur électronique a cette particularité d’être totalement silencieux. Son principe de fonctionnement est simple : Lorsqu’il est activé, l’appareil lève ce fameux rideaux, et… C’est tout. Il va rester ouvert, et c’est l’électronique qui coupera l’arrivé de la lumière (pour faire simple). Ainsi, vous bénéficiez d’un outil parfaitement silencieux.

obturateurMoi-même qui ne fait que du reportage, je dois vous avouer que c’est un véritable plus. Lorsque j’ai besoin de photographier rapidement et discrètement, un « CLAC CLAC » dans un environnement calme nous grille direct.

L’obturateur mécanique de cet appareil va jusqu’à 1/4000ème de seconde. A comparaison, le D4S à 6000€ de Nikon fait du 1/8000ème de seconde. Ici, grâce à l’obturateur électronique, vous atteignez le chiffre extraordinaire de… 1/32000ème de seconde !

Alors à quoi ça va servir me direz-vous ? Tout simplement à prendre des photos à pleine ouverture par forte luminosité. Fujifilm sort principalement des objectifs avec des valeurs inférieurs à f/2, comme f/1.8, f/1.4, ou f/1.2. Le problème, c’est qu’avec une telle ouverture, c’est la surexposition presque assurée.

Pour palier ceci il faut mettre la sensibilité ISO au minimum (200 en RAW et 100 en Jpeg ici) et mettre en place un filtre à densité neutre. ND pour les intimes. Sauf que les filtres dégradent généralement la qualité de l’image, et il vous en faudra un par objectif si ils ont un diamètre différent. De plus, le coup est relativement élevé (Environ 100€ pour un grand filtre de marque) ce qui alourdi le poids financier.

En dehors de l’ajout de cet obturateur électronique s’ajoute le nouveau jeu de couleur « Classic Chrome » qui apporte des tons doux et délicats à l’image. Ces deux dernières innovations seront accessibles à « l’ancien » modèle de X-T1 au travers d’une mise à jour du firmware. Je vous explique comment faire ici d’ailleurs.

Seul la couleur différenciera donc les deux boitiers. Une bonne nouvelle pour celles et ceux qui ont déjà acheté la version « Black ». Le prix quand à lui passe à 1399€, soit 200€ de supplément pour la couleur. Ça fait réfléchir.

Je vous propose de découvrir cet appareil qui sortira en octobre 2014 dans cette courte vidéo. Et pour plus d’informations, le site de Fujifilm est très complet.

0-separation-texte-bref-blog2Le x100T à l’honneur.

A première vue, rien de nouveau. Au final, la gamme des x100 n’aura que peu évolué esthétiquement depuis l’arrivé du x100 premier du nom en 2011. Le x100s a bien apporté quelques (rares) modifications de designs mais peu de choses différencies les différents boîtiers. C’est pareil ici, avec le x100T.

Sans titre-1

Version argent (Haut) – Version noir (Bas)

Toutefois, bien que l’esthétique lui ne change pas, nous avons le droit à quelques jolies améliorations en intérieur. Nous avons par exemple l’ajout d’un viseur télemetrique qui permet une bien meilleure mise au point lors de l’utilisation du viseur optique. Ça se concrétise par l’exemple ci-dessous :

x100t_3_amended

Exemple

En bref, dans votre viseur optique vous voyez un petit écran en bas à droite qui vous affiche le contenu de la zone de mise au point afin d’effectuer un réglage précis. C’est vraiment pas mal je trouve.

Le viseur numérique quant à lui gagne à être un peu plus performant. Meilleur taux de rafraîchissement, et meilleurs performances en basse lumière. S’ajoute à cela la correction d’exposition, auparavant limité à -2 -1 0 +1 +2, il s’ajoute à présent une valeur -3 et +3.

L’écran arrière a lui aussi évolué. C’est désormais un écran de 3 pouces d’1,04 millions de points, contrairement au x100s qui ne disposait « que » d’un écran de 2.7″ avec 460’000 points.

Comme d’habitude disponible en deux couleurs, argent et noir, ce nouveau modèle apporte quelques nouveautés. Il bénéficie également du wifi, et de l’option pour l’obturateur électronique à 1/32000.

Les nouveautés sont encore nombreuses, je vous invite à visiter la page officielle du produit pour toutes les découvrir.

Disponible en décembre 2014 au prix de 1199€.

0-separation-texte-bref-blog256mm f/1.2 R APD. De la douceur en ce monde.

Quoi, déjà ?

Et oui. Le 56mm f/1.2 a été annoncé lors du CES 2014 au moins de Janvier. Nous sommes donc en présence d’une « nouvelle » version de cet objectif seulement 9 mois après l’annonce de la V1. Entre ça et le X-T1, on ne doute pas de l’efficacité des équipes Fujifilm !

56

L’ancien (à gauche) et le nouveau (à droite)

Alors qu’est-ce que cette nouvelle version apporte, et que représente le APD dans la dénomination ?

Et bien tout est déjà dis, car la nouveauté c’est justement l’ajout du APD. APD vient d’ailleurs d’Apodisation. « Qu’est-ce donc » me direz-vous ? C’est simplement que dans cet objectif s’ajoute un filtre radial progressif qui permet de flouter davantage la zone qui n’est pas nette dans l’image.

Je vous ai d’ailleurs traduit le schéma ci-dessous fourni par Fujifilm pour mieux comprendre le fonctionnement :

APD - explication

Principe de l’apodisation.

Bon, même avec le schéma je sais pas si c’est beaucoup plus clair pour vous, alors je vous ai sélectionné quelques splendides photos prises par Nathan Elson. L’intégralité de cette série réalisée avec le X-T1 et le 56mm f/1.2 R APD est disponible avec des explications dans l’article qu’il consacre sur le blog de son site.

FUJI XF56mm APD-004

1529820_10152651619159887_5161134289990893460_o

1

Plutôt pas mal comme rendu n’est-ce pas ? 

Une dernière chose avant de passer à la dernière présentation de cet article. Peut-être avez-vous remarqué que sur la première photo de l’objectif il y a une différence entre les deux, c’est l’ajout de chiffres rouge et de la mention APD sur celui-ci ? Et bien tout n’est pas là pour décorer.

56-2

Zoom sur les changements.

Tandis que la mention APD vient caractériser l’objectif, si une deuxième ligne de chiffres en rouge est inscrite sous la première est blanc c’est pour une bonne raison. L’ajout d’un filtre radial progressif (l’Apodisation) conduit à une légère perte de lumière (l’équivalent d’un filtre ND 0.9). De ce fait, les valeurs inscrites sont faussées.

Donc si vous ouvrez votre diaphragme à f/1.2, vous aurez un flou de 1.2, mais la luminosité sera équivalente à du f/1.7. S’en suit ensuite une logique : f/1.4 = f/1.8, f/2 = f/2.3, f/2.8 = f/3 etc.

Pour plus d’informations, je vous redirige vers le site de Fujifilm.

Disponible en novembre 2014 au prix de 1349€.

0-separation-texte-bref-blog250-140mm f/2.8. Le bon, la brute, et le gros calibre.

tele

L’objectif.

Comme vous le verrez dans la road map (feuille de route) à la fin de ce chapitre, ce qu’il manquait cruellement à la gamme d’objectif à monture X de Fujifilm, c’est bien un zoom puissant. Nous avions bien jusqu’à présent le XF55-200 ou le 50-230, mais avec des ouvertures respectives de 3.5-4.8 et 4.5-6.7, c’était loin d’être des lumières. (Vous avez compris la blague ?)

 Ici nous n’avons donc pas un 300mm f/2.8 mais quelque chose de plus modeste, au travers de ce 50-140. Dans la mesure où les boitiers fuji sont tous équipés de capteur APSC d’environ 23,6 x 15.7 mm. A titre de comparaison, un capteur plein format mesure 36 x 24. Un calcul s’applique donc pour « convertir » le 50-140 en valeur réel, car puisqu’il sera utilisé sur de l’APC-C, il ne fera pas vraiment 50-140 mais plutôt 76-213. Le tout avec une ouverture constante de f/2.8, c’est pas mal.

En somme, au lieu d’être comme avec les autres zoom à f/3.5 (minimum) à 55mm, et f/4.8 (minimum) à 200mm (pour le XF 55-200 en exemple) vous serez TOUJOURS à f/2.8 au minium, que vous soyez à 50, 80, 100 ou 140mm. C’est un avantage considérable, et c’est pour cette raison que toutes les grandes marques sortent un objectif de ce type. Généralement un 70-200. C’est un objectif de choix pour les concerts ou les reportages. Il offre aussi de belles possibilités en portrait.

Dernière chose, vous avez surement dû remarquer sur l’image ci-dessus qu’un pied est visible sous l’objectif ? C’est un réalité un pied détachable. Quand un objectif pèse trop lourd, le constructeur rajoute une bague avec une fixation sur un pied car le poids modifie le centre de gravité de votre assemblage. Ainsi l’appareil basculera toujours en avant si il est posé à plat. Résultat, avec ceci, le trépied se fixe non pas sous l’appareil, mais sur le pied de l’objectif.

Le XF 50-140 f/2.8 sera lui aussi disponible en Novembre 2014 au prix de 1549€.

Plus d’informations sur sa page officielle.

0-separation-texte-bref-blog2Road Map des optiques.

Ne vous attendez pas à un plan tout tracé des appareils photos à venir dans les prochaines années. En revanche, un plan officiel régulièrement mis à jour (ici il date de fin-Juillet 2014) concerne les objectifs. On y trouve tous ceux déjà paru, et ceux à venir.

Au passage, vous voyez le « Super Tele-Photo Zooms Lens » ? Ça fait plusieurs mois qu’il est là, et aucune information à son sujet n’a fuité. Vus sa taille, je dirais bien un 70-200 f/2.8. Dans la mesure où il est dans la catégorie zoom ça ne sera pas une focale fixe comme un 300mm f/2.8, mais j’ai aussi entendu parler d’un 120-400, peut-être f/4… Bref, Wait and See comme on dit.

pic_02

 

A propos de Evan FORGET

Fondateur du site et principal rédacteur de Bref le Mag. Photographe dans la vie, et passionné de bugs et de technologies.

2 commentaires

  1. Donc du coup tu va garder le 100s ou passer au 100T voir au XT1 ou bien encore au X pro 1 ?

Laisser un commentaire