Accueil » Catégories suivantes » Retour sur le Fujifilm X-T1 Graphite Silver
Retour sur le Fujifilm X-T1 Graphite Silver

Retour sur le Fujifilm X-T1 Graphite Silver

Maintenant que j’ai sous la main cette fameuse édition du X-T1 en argent, autant vous en faire un bel article !

Sur Internet, vous pourrez lire que de plus en plus de photographes professionnels sont passés de Canon/Nikon à Fujifilm, ou même à des hybrides en général, délaissant les boîtiers reflex.

Je fais partie de ceux là, après avoir utilisé pendant 7 ans des boîtiers Nikon, et 1 an du Canon. Aujourd’hui, je vous propose donc un retour sur le Fujifilm X-T1, l’appareil haut de gamme de Fujifilm ainsi qu’un bref résumé d’introduction sur pourquoi j’en suis venu là, histoire de bien comprendre cet article.

Tout d’abord, il est probable que vous soyez dans la même situation dans laquelle je me suis retrouvé il y a un peu plus d’un an. On entends parler de ces machins hybrides sans trop savoir ce que c’est. Une fois, on a essayé un truc chez un pote qui ressemblait à un réflex et on a détesté parce que justement : ce n’était pas un réflex.

Chacun a une raison différente de changer son matériel. Mais quand on change carrément de marque c’est une autre histoire. Ça implique souvent de changer tous les accessoires, mais aussi les objectifs, peut-être aussi les sacs de transports, et même les habitudes de travail. Oui, on pourrait attribuer ça à du masochisme photographique.

Le X-T1, j’en parle dans cet article. Annoncé le 28 Janvier 2014 au CES, ce boîtier est présenté comme le Saint Graal, le fleuron de la flotte, le vaisseau amiral, ou même l’étoile de la mort de Fujifilm.

Contrairement aux autres appareils de la marque, celui-ci a une orientation clairement reflex avec un design quasiment identique à nos vieux argentiques, toujours ce même look retro, la possibilité de changer les objectifs, et une tropicalisation bien pensée. A l’intérieur il embarque ceci :

  • 16,3 millions de pixels
  • Capteur 23.6mm x 15.6mm (APS-C) X-Trans CMOS II sans filtre passe-bas
  • Support de carte SD/SDHC/SDXC (UHS-II)
  • ISO : (Raw) 200-6400, (JPEG) 100, extensible jusqu’à 51200.
  • Correction d’exposition de -3 à +3
  • Vitesse : (P) 1/4 sec. à 1/4000 sec, (autres modes) 30 sec. à 1/4000 sec. (Bulb) maximum 60 min et 1s à 1/32000 en électronique.
  • Viseur numérique OLED de 2 360 000 points (Grossissement de 0.77, lag de 0,005 secondes, et rafraichissement de 54 ips constant)
  • Autofocus : Carré de 7×7, soit 49 points, mise au point en 0,08 seconde, obturateur à 0,05 seconde.
  • Vidéo 720p/1080p en 30 ou 60 images par seconde en .MOV compression H.264
  • Résistant à la poussière et à l’humidité avec 80 points d’étanchéité, ainsi qu’à des températures entre -10°C – +40°C
  • Ecran LCD orientable d’une diagonale de 3 pouces (7,6 cm environ) pour une définition de  1 040 000 points.
  • Wi-fi intégré
  • Rafale jusqu’à 8 images par seconde
  • Démarrage en 0,5 seconde.

Là où il faut saluer Fujifilm, c’est sur leur politique de mise à jour. Plutôt que de sortir un ou deux boitier par an avec des fonctionnalités absentes dans les précédentes générations, ils se concentrent sur l’évolution logiciel, le fameux « firmware ». Ainsi, pour donner seulement deux exemples : Quand le X-T1 est sorti il ne pouvait déclencher au maximum qu’à 1/4000ème de seconde, ce qui est déjà rapide me direz-vous. Aujourd’hui, grâce à une simple mise à jour gratuite, votre appareil peut monter jusqu’à 1/32000 ème de seconde (oui, pas de faute de frappe). Génial n’est-ce pas ?

Autre point sympathique, les jeux de couleurs pré-enregistrés. Se rapprochant des effets procurés par les anciennes pellicules argentiques de Fujifilm, ces jeux ont vu débarqués un nouveau mode, le Classique Chrome. Encore un exemple de fonctionnalité rajoutée presque un an après la sortie du boitier.

En revanche, ce X-T1 coute malheureusement plus cher que son grand frère. Je m’explique.

Comme dit précédemment, le X-T1 est sorti en Janvier 2014 en… Noir. En Novembre de la même année, le même boîtier est sorti en argent (d’où l’appellation Graphite Silver) pour 200/300€ de plus. Ça fait mal, surtout pour une simple couleur différente. Mais je ne regrette pas mon choix, la version argent est tout simplement parfaite. Le noir fait trop tristounet à mon goût, trop classique, pas assez « retro ».

Rentrons à présent dans le vif du sujet.

(Mes excuses, à défaut d’avoir un autre appareil, toutes les photos imageant cet article ont été prises avec mon vieil iPhone)

IMG_3235

C’est la première fois que j’achète ce type de boîtier chez Fujifilm. J’ai utilisé un an mon fidèle x100s qui a tout connu avec moi (Des émeutes au Hellfest en passant par un calendrier sexy et j’en passe) mais rien de l’envergure de ce X-T1.

Premier point noir en déballant la boite : C’EST UNE VÉRITABLE GALÈRE. 

Alors il est possible que se soit mon revendeur qui est pas été super correcte, d’autant qu’avec mon x100s le packaging était parfait et tout était propre. Là, c’était juste ridicule compte tenu de la gamme et de l’excellence du boîter.

DSCF1996

La boite du X-T1

Dans la boite argentée du X-T1, se trouvait deux cartons noir (comme sur l’image ci-dessous) l’un contenait l’appareil, l’autre contenait en vrac tous les accessoires du boîtier. C’est à dire sangle, flash, chargeur, batterie, et attache courroie. Pourtant, des emplacements pré-établis dans le carton était bien disponibles, mais tout était sans dessus dessous.

Second point noir : La notice de l’appareil de 132 pages est … EN ANGLAIS. Je sais pas, on achète un produit en France on s’attendrait à avoir la notice en français, comme ce fût le cas avec mon x100s par exemple. (Acheté à la FNAC, le x100s comme ce X-T1). Je ne met pas ces erreurs sur le compte de Fujifilm, mais plutôt sur le compte de l’entrepôt qui a pas du envoyer le bon produit au bon magasin dans le bon pays…

L'une des deux boites.

L’une des deux boites.

L'intérieur de la boite.

L’intérieur de la boite.

Viens ensuite le courrier dans une belle enveloppe. (Image ci-dessous). Ce courrier vous félicite d’avoir acheté cet appareil et vous donne le droit d’être inscrit sur un site spécial, sur lequel vous bénéficiez de nombreux avantages.

Le courrier (et son enveloppe pourtant superbe) étaient pliés en deux dans la boîte comme si quelqu’un avait oublié de le mettre dedans et l’a tassé au dernier moment avant de refermer. Dommage d’ouvrir un courrier déjà froissé.

Le courrier

Le courrier

Le pire restait encore à venir. Au moment de déballer l’objectif, je vous jure, j’ai vraiment rager. Le carton était mal découpé, et j’ai bien mis 5 minutes à essayer de l’ouvrir sans l’abîmer (je ne voulais pas déchirer le carton quand même!)

J’ai finalement dû me résigner, et j’ai découpé une partie pour accéder à la boîte de l’objectif. Dommage, vraiment. Peut-être que c’est uniquement lié à l’emballage du 35mm, je ne sais pas. En revanche dans son carton, tout était bien calé, propre et rangé.

La boite du 35mm.

La boite du 35mm.

On reconnait bien l'ouverture de 1.4 !

On reconnait bien l’ouverture de f/1.4 !

En revanche, là où c’est très sympa de la part de l’entreprise c’est de fournir un flash avec l’appareil. En effet, celui-ci n’en possède pas par défaut (comme sur certains réflexs qui sortent depuis quelques années). Alors que celui-ci aurait pu être en option à 50€, 60€ ou même plus, ce dernier est déjà dans la boite.

Alors certes, c’est pas non plus un grand flash, mais il a le mérite d’être là, et au vue des premiers tests il semble tout à fait bon !

Le flash replié

Le flash replié

Un petit bouton poussoir est situé à l’arrière de celui-ci afin d’être retirer de la griffe flash. Aucun risque qu’il ne tombe accidentellement.

Le flash déplié

Le flash déplié

Vous trouverez également les attaches courroie qu’encore une fois j’ai attaché n’importe comment. Y’a rien à faire je pense, le problème doit venir de moi je ne sais pas, mais j’ai toujours galéré avec ces trucs et je termine au final par faire un noeud.

Attache courroie

Attache courroie

Ce produit ne fait pas partie du packaging mais j’en parle pour l’avoir eu en cadeau par Fujifilm FRANCE, c’est le demi-étui en cuir du X-T1 (ref. BLC-XT1). D’une valeur de 80€, de très bonne qualité, il permet un accès à la trappe de la batterie, ce qui évite de le sortir de sa protection quand on veut le mettre en charge.

En parlant de la batterie, je ne sais pas si c’est pareil pour les autres boitiers à objectifs interchangeable de la marque, mais sur mon x100s il n’y avait en tout cas aucune indication en dehors d’un petit filigrane sur la batterie pour indique dans quel sens il fallait l’insérer. Ici, j’ai de suite remarquer le carré orange avec le bloqueur lui aussi orange qui se fixe en face.

Plus de risque de se tromper. C’est certes un détail mais suffisamment appréciable pour mériter d’être souligner !

Au passage, je tiens à souligner que contrairement au x100T qui bénéficie d’une excellente batterie (conception différente également, je pense que ça joue) j’ai l’impression que le X-T1 tiens très mal la charge. Je passe régulièrement à 1 ou 2 barres avec une batterie pleine. C’est pénible, et oblige à investir dans des batteries si de longues sessions photo (ou reportages) sont prévus.

IMG_3258

Un bouton à pression permet de maintenir la trappe fermée.

En revanche, gros point négatif pour ce demi étui. Pas de trappe pour la carte SD ! C’est selon moi une énorme erreur de conception de proposer cet étui sans accès à la carte SD. Du coup, je suis obligé de sortir l’appareil de l’étui (auquel il est vissé sous le boîtier) pour prendre ma carte. Dommage, vraiment très dommage.

Pas de trappe !!

Pas de trappe !!

Enfin bon, les péripéties et anecdotes de déballage à présent terminé, voyons ensemble le vif du sujet.

Le capteur

Le capteur

Nul doute, cet appareil est splendide. Le ton grisé est magnifique, et les reflets rendu sont très beaux. Je dois avouer que j’avais un peu peur au début, sur certains visuels disponibles sur Facebook, site de vente, brochure etc, les tons métalliques de l’appareil apparaissent légèrement violet. En réalité il est bien argent, le même ton que sur mon ancien x100s je pense.

Concernant ensuite le choix de préférer des molettes à des boutons c’est quelque chose de personnel. Perso je préfère avoir ça que les anciens boutons de réglages de mes réflexs Canon/Nikon.

IMG_3251

De gauche à droite : Vitesse, mode de mise au point, Wifi, On/Off, Enregistrement vidéo, Correction d’expo.

IMG_3252

De gauche à droite, Sensibilité ISO, choix du mode de prise de vue, correction dioptrique.

Le fait de pouvoir incliné l’écran, je trouvais ça un peu gadget au départ. Je ne parle pas spécialement sur ce boîtier, mais en général quand les premiers modèles de reflex sont apparus. Pourtant, il est vrai qu’à l’usage dans certaines situations c’est tout de même assez pratique.

En revanche, je regrette de ne pas pouvoir tourner l’écran complètement sur lui-même, de sorte que la partie « écran » soit protégée contre le boîtier. L’appareil aurait ainsi un côté entièrement retro sans large dalle à l’arrière, et ça augmenterait la protection de l’écran mais bon. (Comme sur le D5200 de Nikon pour ne citer que lui)

Celui-ci semble solide, et je n’ai pas peur de le manipuler, c’est déjà ça.

IMG_3255

Inclinaison de l’écran.

Rien à voir avec l’écran, passons à présent aux boutons.

Très bonne idée de la part des ingénieurs, la possibilité de configurer de manière personnalisée presque l’intégralité des boutons de l’appareil. Ainsi tout jusqu’aux flèches autour du menu est entièrement modifiable à son goût.

IMG_3250

Boutons de personnalisation.

Maintenant dans la pratique, qu’est-ce qu’il vaux vraiment ?

Je sais que j’ai été très critique sur certains points (le packaging, la trape du demi-étui..) mais c’était volontaire, afin d’éviter de faire l’article de tout le monde c’est à dire « l’appareil il est beau et bien merci« . J’essai d’être le plus honnête en montrant les très bons côtés, et les moins bons.

J’ai tenté quelques photos à 6400 ISO pour voir ce dont il était capable. Voici un petit comparatif de la même scène à 200 et 6400 ISO. Le résultat est propre même à 6400 !

Je mentirai en disant qu’il n’y a aucune différence, car il y en a. Mais infimes vis à vis de certains autres boîtiers, ou même des premières générations d’appareils à monture X de Fujifilm.

test-bruit-200-6400-iso-fuji-xt1-graphite-silver

Les deux fichiers en grand :

DSCF1992

200 ISO (35mm f/1.4 – 200 ISO – 1/80)

DSCF1993

6400 ISO (35mm f/1.4 – 6400 ISO – 1/2000)

J’ai vu de nombreux « journalistes » et blogueur comparer le X-T1 à différents appareils de type 5D Mark III, D3S, DF et j’en passe. Ce qui est absolument RIDICULE en soit et pour plusieurs raisons : Ces boîtiers valent minimum le double du prix, et sont en plein format. On est sur une gamme totalement différente, une grille tarifaire incomparable, et deux tailles de capteurs différentes.

Moi je vais simplement me contenter de ne pas le comparer, ou à lui-même.

À 200 Iso, les fichiers sont parfaitement propres (Normal vous me direz, mais même chez certains 200 ISO c’est pas parfait). Je dirais que le bruit commence à devenir un peu visible vers 3200 ISO, mais reste discret à 6400. Au delà, on franchit la limite du correcte.

En RAW, l’appareil va de 200 à 6400 mais en JPEG, la plage est étendue de 100 à 51200 ISO. A vous de voir selon l’objectif que vous avez, le moment, le contexte etc.

Mais si vous vous retrouvez à photographier à 6400 ISO en raw, vos fichiers ne seront pas parfait (autant être honnête) mais très propre. Beaucoup plus qu’avec d’autres boîtiers de concurrents. (Ceci est en partie dû au fait que Fujifilm, contrairement aux autres constructeurs qui utilisent la matrice de Bayer, a conçu une matrice CMOS X-Trans beaucoup plus complexe mais aussi plus efficace, d’où une meilleur qualité d’image)

Pour exemple, à la fin d’un article que j’ai consacré à mon x100s, j’y ai inséré beaucoup de photographies prise avec le capteur qui est identique. Forcément, les objectifs étant différents le X-T1 sera meilleur, mais ça donne déjà un ordre d’idée. C’est à lire ici.

***

Concernant la qualité des photos, il faut dire que les optiques de chez Fujifilm sont quasi parfaites. Alors oui, elles sont cher pour la plupart, mais la qualité est au rendez-vous. Si vous passez chez Fuji, vous pouvez d’ors et déjà oubliez les mots comme « aberrations chromatique » par exemple.

Sur cette photo de test prise juste au déballage de l’appareil, on profite pleinement de ces capacités. Ici, c’est toujours le 35mm f/1.4 qui a été utilisé. Chez Fuji, il vaut environ 450€. Chez Nikon, 1500€. Alors oui, le Nikon est taillé pour le plein format, donc ce n’est pas exactement comparable. Mais si sur le papier, vous voulez utilisé un 35mm f/1.4, y’a tout de même 1000€ d’écart.

DSCF1958

Lampe

Dans la mesure où le plein format (FF) a un énorme avantage sur les flous vis à vis des APS-C (comme sur le X-T1) l’intérêt de photographier avec des ouvertures de f/1.2 ou f/1.4 comme le permet les objectifs de Fujifilm est intéressant. On a presque l’impression de regarder des photos prises justement avec un FF dans certaines situations. (Si bien sûr on ne regarde pas les exifs)

Pour info, mes prochains objectifs seront le 14mm f/2.8 et le 56mm f/1.2. Mais il est possible que j’investisse aussi dans le 50-140 f/2.8 ou le 55-200 f/3.5-4.8. Bien que moins lumineux, ce dernier est beauuuuucoup moins cher, et sera utilisé de manière occasionnelle de toute façon. Le téléobjectif restera donc secondaire.

detail-arbre-fuji-xt1-graphite-2

35mm – f/5.6 – 200 ISO – 1/250 – Main levé

Sur la photo ci-dessus, je vous propose un agrandissement du centre de l’image. La photo a été prise pendant la rédaction de cet article au travers de ma fenêtre afin de voir le piqué de l’objectif. C’est juste totalement bluffant.

L’image est brute, sans traitement sous Lightroom (Qui ne possède même pas les profils de correction des objectifs Fuji chez moi, sur la version 5.7 64 bits Mac d’ailleurs). Les détails sont impressionnants malgré la distance qui me sépare du sujet.

Le même paysage mais le lendemain matin, avec une brume peu de temps après le levé du soleil. Crop sur l’oiseau au centre.

ISO 200 - 35mm - f/2.8 - 1/160 - Main levé

ISO 200 – 35mm – f/2.8 – 1/160 – Main levé

Idem avec cette photo prise de mon chat (oui j’adore mon chat)

35mm - f/2 - 200 ISO - 1/500

35mm – f/2 – 200 ISO – 1/500

Le crop au centre montre une netteté quasi parfaite. Il ne manque pas grand chose je pense pour avoir une image parfaitement nette, mais je pense que ça vient du mouvement. J’étais à f/2, alors si il a bougé d’un ou deux millimètre(s) en avant ou en arrière ça se vois de suite. En revanche, c’est facilement rattrapable sous Lightroom. (Il essayait d’attraper mon doigt, donc il était en mouvement lors de la prise de vue).

Edition de l’article le 31/12/14 : 

Avec Clara (la modèle ci-dessous) nous avons pris quelques photos pendant une balade en forêt pour tester le résultat. C’est excellent je trouve. (Galerie visible ici)

35mm - f/1.4 - 1/2000 - 200 ISO

35mm – f/1.4 – 1/2000 – 200 ISO

35mm - f/1.4 - 1/500 - 200 ISO

35mm – f/1.4 – 1/500 – 200 ISO

Le lendemain, j’ai remis le couvert avec une autre série en compagne d’Ambre. Il faisait froid, on est arrivé seulement quelques minutes avant le coucher du soleil, donc nous n’avons pu prendre que quelques images avant de partir frigorifié et dans le noir. *renifle*

Les deux photos : 35mm - f/1.4 - 200 ISO - 1/500

Les deux photos : 35mm – f/1.4 – 200 ISO – 1/500

Et le bokeh ?

test-bokeh-35mm-fuji

Ci-dessus, un comparatif des différents bokeh produits par le 35mm f/1.4. La même scène prise à différentes ouvertures. Pour télécharger le fichier en grand (5000px) c’est en cliquant ici. (Clic droit – > Enregistrer sous)

Ok, cool pour la qualité. Et l’autofocus ?

Avant la rédaction de cet article, j’en ai rédigé un (disponible ici) dans lequel je parle exclusivement de l’AF du boîtier en basse lumière. La vidéo est disponible ci-dessous mais si vous voulez tous les détails, je vous invite à regarder le lien de l’article précédemment cité.

Après avoir réalisé les photos de Clara (publiées dans le chapitre précédent) j’ai donc pu constater les performances AF du boitier en lumière naturelle (plein soleil, ciel bleu 0 nuage). Celui-ci est hyper réactif, presque autant qu’avec un réflex de type D7100/D600. Après, j’ai souvent entendu dire que le 35mm f/1.4 de fuji est un des objectifs les plus lents en terme d’AF de sa catégorie. J’actualiserai cet article quand j’aurais eu la possibilité d’essayé vraiment d’autres objectifs.

Et les petits gadgets ?

En dehors de l’écran amovible, j’aimerais prendre deux minutes pour vous parler du wifi intégré à l’appareil. C’est la première fois que je dispose d’un appareil équipé de wifi et j’étais vraiment sceptique (et curieux) de tester l’application de Fujifilm sur mon iPhone pour piloter l’appareil à distance.

Une fois l’app téléchargée et installée, il suffit de la lancer, et d’activer le wifi du X-T1. Dans les réglages wifi de l’iphone, sélectionnez le réseau émis par l’appareil photo, la liaison sera ensuite automatique.

L'appareil et l'application sur un iphone

L’appareil et l’application sur un iphone

L’application est simple, mais complète et efficace. En version 1.1.1 je n’ai pas noté de bug, en dehors de ralentissement lors de la mise au point via l’iPhone. Mais comme je le dis dans la vidéo ci-dessous, vus l’état de la vitre avant c’est peut-être juste mon tactile qui déconne.

Vous avez au travers de cette app’ un contrôle total sur vos photo. Ouverture (diaph), vitesse, iso, couleurs (films), retardateur etc etc. Pratique !

IMG_3263

L’interface

***

Et les autres gadgets ?

Concernant les films de couleurs dont j’ai parlé à plusieurs reprises, voici comment ça se présente (ci-dessous). Un menu sur la droite apparait avec la liste des profils de Fujifilm. Même au format RAW, ces réglages couleurs restent enregistrés.

Un aperçu en temps réel de ce qui se passe devant vous s’affiche sur l’écran afin de voir ce que donne instantanément vos réglages couleurs.

Réglages couleurs

Réglages couleurs

Et le reste ?

L’avantage d’avoir un viseur électronique, c’est de pouvoir voir en temps réel les réglages que vous faites (couleurs, diaph, vitesse etc). Au début j’ai détesté mais maintenant j’ai du mal à retravailler sur un viseur optique. Ici, c’est le film Classic Chrome. Quand vous passez d’un film à un autre, vous voyez en temps réel le résultat. C’est super pratique pour le noir et blanc car en effet, vous voyez tout en noir et blanc ! De ce fait vous appliquer des réglages vraiment différent!

IMG_3268

L’intervalometre du X-T1 Graphite silver edition

Gadget mais toujours sympa à avoir, un intervalomètre personnalisable. Vous choisissez combien de photos sont prises et à quelle fréquence. Pratique pour réaliser un montage au vus d’en faire une vidéo ou tout simplement pour faire un montage photo !

L’avantage d’en avoir un d’intégrer, c’est que ça évite d’acheter une télécommande spécifique à ça.

IMG_3269

déclencheur mécanique – Fuji X-T1 graphite Silver Edition

Sur ce boîtier, vous pouvez choisir entre le déclencheur mécanique (Qui va de 60 minutes à 1/4000), le déclencheur électronique (Qui va de 1s à 1/32000 et qui est parfaitement silencieux), ou un mix des deux. Pour être discret, l’électronique c’est le must !

IMG_3274

Zoom de mise au point – Fuji X-T1 Graphite Silver Edition

Point sympa également, pour vérifier sa mise au point un petit bouton de zoom (juste sous mon doigt ci-dessus) vous permet de faire instantanément un zoom en temps réel dans votre viseur. Vraiment pratique !

interface écran

Personnalisation interface visuelle – Fuji X-T1 Graphite Silver Edition

L’interface de l’écran est aussi entièrement personnalisable. Sur l’écran de gauche, c’est les options que j’ai d’activé en permanence comme l’exposition, la grille (pour la règle des tiers) le niveau, le jeu de couleurs utilisé, le nombre d’images que je peux encore prendre etc. Mais vous pouvez aussi rajouter un histogramme et plein d’autres gadgets ou au contraire, comme sur l’écran de droite, choisir de tout enlever.

Quand je travaille des portraits ou des choses au calme, je désactive tout pour avoir une image propre et clair et ainsi faire mes cadrages tranquillement sans fioritures sur l’écran. Vous pouvez bien sûr choisir tout ce que vous voulez dans toutes les combinaisons possibles !

viseur

Interface rotative – Fuji X-T1 Graphite Silver Edition

Enfin, dernier point avant d’attaquer la conclusion, un oeil dans le viseur. C’est pas fameux et un peu flou (coller son iPhone au viseur c’est pas le mieux) mais ça permet de voir une chose, quand vous tournez votre appareil (par exemples en portrait comme à droite) votre interface tourne également pour s’adapter. Ça facilite grandement la lecture ! Chose que je n’avais pas sur mon x100s mais que j’aurais fortement apprécié !

 

***

Voilà, c’est à présent terminé pour cet article. Mais avant de vous lâcher, je vous propose un petit bilan de mes premiers ressenti.

Points positifs :

  • Design de l’appareil
  • Qualité de l’image jusqu’à 6400 ISO bluffante
  • Wifi intégré
  • Écran orientable
  • Application iPhone géniale
  • Vitesse de mise au point
  • Intervalomètre intégré
  • Qualité de fabrication
  • Viseur numérique aussi propre qu’un viseur optique au soleil
  • Objectif sans défaut d’image
  • Poids plume
  • Flash fourni avec
  • Nouveau firmware qui apporte le 1/32000ème de déclenchement
  • Rafale extrêmement rapide

Points négatifs :

  • Boutons TROP bruyants (clic aigu désagréable surtout en bas)
  • L’écran ne se retourne pas complètement
  • Le 35mm semble un peu mou côté AF et le moteur est peut-être un peu bruyant également
  • Le mode vidéo est en dessous de la concurrence mais peu important à mon sens, ça reste un appareil photo
  • Plusieurs options ont disparues des menus (profils copyright par exemple)
  • Trape du demi-étui en cuir inexistante pour un accès à la carte SD
  • Packaging perfectible
  • Bouton wifi (fn) difficile à atteindre à cause de la molette de correction d’expo un peu trop grosse
  • Sélecteur de mode de vue (viewmode) difficile à atteindre aussi
  • Batterie un peu molle en autonomie

J’admets avoir été critique dans mon article. Premièrement parce que j’ai patienter un an pour avoir cet appareil, donc j’attendais beaucoup de lui, et ces points négatifs ont un peu fait redescendre l’effet « wahou » du moment.

En soit, les défauts de packaging ou de l’étui ne changent rien et n’influence pas du tout les performances de l’appareil, tout comme l’AF bruyant du 35mm ne doit pas être pris comme une généralité. Déjà, je le considère comme bruyant vis à vis d’un x100s qui était quasiment silencieux. Je n’ai pas touché un reflex depuis plus d’un an, alors il est parfaitement possible qu’un objectif Nikon, Canon ou autre fasse autant de bruit.

Mes seuls vrais gros regrets viennent des boutons dont le bruit est véritablement désagréable, et l’écran qui ne se retourne pas. En dehors de ça, ce X-T1 Graphite Silver édition est une pure merveille et vaux largement selon moi ses 200/300€ de plus sur la version noir.

Je tiens à préciser que contrairement à d’autres modèles d’appareils, il n’y a pas de possibilité de choisir entre le viseur optique et le viseur numérique. (Pour comprendre la différence entre les deux si ça ne vous parle pas, je le montre en photo et en vidéo dans cet article sur le x100s). Fujifilm ayant jugé qu’à présent, le viseur électronique était probablement suffisamment performant pour ne plus avoir de viseur optique.

Personnellement, l’absence de viseur optique ne me dérange pas. J’admet qu’au départ je n’utilisais que lui le temps de me faire au numérique mais à présent, j’ai énormément de mal à bosser avec un optique. De plus, il faut bien avouer que le viseur du X-T1 est grandiose. Juste pour info, c’est un viseur OLED de 2,36Mp avec un grossissement de 0,77 (ce qui est énorme!)

***

Conclusion ?

Mais finalement, pour qui est destiné le X-T1 ?

J’ai envie de dire tout le monde, et pas tout le monde. Disons que tout va dépendre de vous. Premièrement, de vos critères de qualité et de performance, et deuxièmement, de vos besoins.

Avec ce boîtier, on a ce qui se fait de mieux en matière de réactivité sur les Fujifilm. Toutefois, bien que bon, il est loin d’être au niveau d’un D3S, D4, Mark III et j’en passe. De ce fait, si vous êtes par exemples photographe animalier, vous risquez d’avoir quelques soucis de réactivité.

De plus, si vous avez l’habitude de travailler avec des téléobjectifs, sachez que ceux-ci sont assez rare pour l’instant. Il y a à ce jour de disponible que le 50-140mm f/2.8, le 55-200mm f/3.5-4.8 et le 50-230mm f/4.5-6.7. Un « Super tele photo zoom« , probablement un 140-400mm f/4-5.6 si rien ne change depuis la dernière Photokina (dont je parle ici)

En revanche pour le reportage, n’écoutez pas les bruits de couloir et la mauvaise foi évidente de certains photographes qui ne jurent que par Canon ou Nikon. Prenons par exemples Eric Bouvet, en photo ci-dessous.

Eric Bouvet - Kiev - X-T1 Fujifilm

Eric Bouvet lors des affrontements à Kiev – Auteur de la photo inconnu

Il a couvert les affrontements de Kiev uniquement avec un X-PRO1 et un X-T1 (Ainsi qu’une chambre photographique, mais là je sors de la marque). Un oeil n’a pas besoin d’un 24×36 où d’un AF de 0,00000000005 secondes (j’exagère) pour cadrer et choisir un sujet. Bien sûr que l’appareil joue, mais il ne faut pas non plus lui attribuer tous vos échecs.

Eric Bouvet - Emeutes Toulousaine - Novembre 2014 Par Fred Marie

Eric Bouvet – Emeutes Toulousaine – Novembre 2014 Par Fred Marie

De mon côté, Fujifilm France avait relayé quelques-unes de mes photos du 22 février lors des émeutes de Nantes. Bien qu’ayant eu la possibilité de prendre plus de matériel et d’avoir un reflex ce jour là, j’ai choisi de n’emporter avec moi qu’un x100s.

Pendant des émeutes, portrait de moi pris par mon padawan.

Pendant des émeutes, portrait de moi pris par mon padawan.

Affrontement devant le CHU d'Hotel Dieu à Nantes.

Affrontement devant le CHU d’hôtel Dieu à Nantes.

Un clown essai de donner un coeur en papier à un gendarme pour le coller sur son bouclier.

Un clown essai de donner un coeur en papier à un gendarme pour le coller sur son bouclier.

Au Hellfest, de nuit.

Au Hellfest, de nuit.

Pendant un concert de rock.

Pendant un concert de rock.

Je me suis permis de vous partager ces quelques photos dans la mesure où le x100s et le X-T1 possèdent le même capteur. Ce qui est faisable avec l’un est faisable avec l’autre, sauf que le X-T1 étant plus réactif, j’arriverais à faire avec des choses que je ne pouvais pas faire avec feu-x100s.

Un autofocus ça se dompte. Quand vous savez avec l’expérience en combien de temps exactement, au dixième de seconde près, votre appareil va faire votre mise au point, où est-ce qu’il réussira à 100%, où est-ce qu’il aura des défauts, là vous pourrez exploiter à fond le potentiel de votre appareil.

Avec ce X-T1, et les appareils Fujifilm en général, je pense que vous pouvez donc TOUT prendre comme photo, à l’exception de certaines photos sportives ou animalières qui demandent une extrême réactivité ou un objectif bien précis (300mm f/2.8 par exemples)

Il vous faudra simplement vous habituez à cette nouvelle ergonomie, ce nouveau capteur, et à changer vos habitudes.

—–

Pour apprendre à mettre à jour votre appareil avec le dernier Firmware, je vous invite à jeter un coup d’oeil à cet article où je vous explique tout.

A propos de Evan FORGET

Fondateur du site et principal rédacteur de Bref le Mag. Photographe dans la vie, et passionné de bugs et de technologies.

11 commentaires

  1. Salut !
    T’as pas eu de bol pour la packaging, je suis allé chercher le mien chez Le Cirque, à paris, les cartons étaient nickels. Pour te donner une comparaison le carton d’emballage d’un macbook pro me semble un peu cheap à côté…

    Quel type de fichier utilises-tu ? En RAW j’ai l’impression qu’on perd beaucoup en qualité de l’image (dans lightroom), est-ce que le traitement appliqué par le boitier sur les fichiers est très poussé ou est-ce que je me suis raté quelque part ?

    Profite bien !

    • Salut!

      Étrange, normalement en raw tu as en toute logique une meilleur qualité d’image, et tu perds justement moins en qualité lors des traitement. Mais il est possible que ton logiciel supporte mal les fichiers de Fuji. Tu utilises quelle version de Lightroom ?

      Que se soit avec le x100s ou celui-ci, mes images sont niquels !

      • Ça me paraitrait logique effectivement ! Je ferais des tests en lumières du jour, je pense que mes conditions de tests n’étaient pas optimales… Je suis en 5.4 pour lightroom.

        En tout cas c’est un boitier vraiment bien, j’ai pris le 23mm et le 18mm, le 23mm est un monstre, le 18 un peu moins bien finis, un peu moins performant niveau AF et un peu moins bon en optique mais ça reste raisonnable, la différence de prix se sent bien, j’espère que le 14mm sera à la hauteur !

        • Essai de mettre Lightroom à jour, nous en sommes à la version 5.7 à présent, il est possible qu’entre temps il y ai eu de belles améliorations vis à vis des capteurs de Fuji !

    • Lightroom est vraiment nul pour les raw Fuji et ce n’est pas nouveau. Essayez d’autre logiciel comme Iridient ou Capture One. J’ai fini par acheter Capture One et passer tout mon workflow dessus d’ailleurs.

      • Pour avoir travailler deux ans en studio de photographie publicitaire je connais bien les différents logiciels de ce type. Capture One était le plus utilisé là-bas, à cause des boitiers Phase One utilisé pour les prises de vues.

        Toutefois, Lightroom reste très bon pour le traitement des capteurs fuji. Après, c’est seulement une question de préférence sur les rendus, comme sur deux types de retouche différentes pour une même image.

        Je ne dis pas que les autres ne sont pas bons, je dis simplement que pour en avoir essayé plusieurs, Lightroom reste mon préféré.

  2. Hello, juste quelques petites erreurs : « firmware » pas « firmeware » 🙂

    Petite erreur également « (Ceci est en partie dû à la matrice de Bayer utilisée sur le capteur et aux algorithmes de Fujifilm) »

    Le capteur X-Trans n’a justement pas de matrice de Bayer puisqu’il a une matrice différente créée par Fuji, c’est ce qui en fait sa grande qualité 😉

  3. Pour le bruit des boutons, bien que n’ayant pas de X-T1, j’imagine que cela doit pouvoir se désactiver.
    Je me souviens que j’avais un peu galéré sur mon X-E2 pour trouver comment désactiver ce bruit, mais j’ai fini par trouver.

    • Non je ne parle pas du bruit électronique, je parle de la pression du bouton qui fait « clic » quand on appuie (appareil éteint ou pas). Effectivement, les sons des boutons peuvent sinon se désactiver ou se modifier (volume) dans les réglages.

Laisser un commentaire